Les prisons au Liban: données chiffrées
             



Les prisons au Liban : Géographie, nombre de détenus, capacité d'accueil, surpopulation
- Chiffres 20001 -

Les prisons pour hommes


Prisons
Capacité théorique d'absorption2 Nombre de détenus Peine maximale qu'on peut y purger Surpopulation
Roumieh 2840 4500 perpétuité 63 %
Jbeil 20 n-d 6 mois n-d
Aley 50 n-d un an n-d
Palais de Justice n-d n-d n-d n-d
Caserne el-Helou n-d n-d n-d n-d
Sûreté Générale 500 300-500 n-d -
Tripoli 495 n-d Perpétuité n-d
Halba 70 n-d Un an n-d
Batroun 40 n-d 2 ans n-d
Zghorta 50 n-d 6 mois n-d
Amioun 45 n-d Un an n-d
Jezzine n-d 56 n-d n-d
Saïda 120 n-d n-d n-d
Tyr 65 n-d 4 ans n-d
Nabatieh 30 n-d 2 ans n-d
Ain el-Heloué 50 n-d n-d n-d
Tibnine 50 n-d 6 mois n-d
Al-Khiam - - - -
Zahlé 105 n-d 6 ans n-d
Baalbeck 40 n-d 6 ans n-d
Jibjennine 65 n-d 3 ans n-d
Rachaya 40 n-d n-d n-d

Note : n-d = non disponible
(1) : Sources : Ministère de l'Intérieur Libanais - Statistiques des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) au 25 juillet 2000.
(2) Ces établissements accueillent également des prévenus.




Les prisons pour femmes

Prisons Capacité théorique d'absorption Nombre de détenues Peine maximale qu'on peut y purger Surpopulation3
Baabda 45 76 Perpétuité 60 %
Jdeidé n-d n-d n-d n-d
Barbar el-Khazen 50 68 Perpétuité 36 %
Tripoli (el-Kobbeh) 20 49 6 mois 145 %
Zahlé 20 37 6 mois 85 %

(3) : Au total, selon les informations disponibles en 2000, 230 femmes sont incarcérées pour une capacité d'absorption de 135, soit un taux de carcérale de 70%.




Les centres de détention et de rééducation pour mineurs4

Prisons et centres Capacité d'accueil Nombre de mineurs Surpopulation
Roumieh (quartier des mineurs) 150 281 85 %
Centre de rééducation de Baassir 60 58 -
Centre de rééducation de Fanar 30 29 -






(4) : il n'existe pas de centres de rééducation pour les mineures, et "à l'exception de quelques unes accueillies au centre du Bon Pasteur de Shailé, elles passent actuellement leur détention préventive et purgent leur peine dans les prisons de femmes dans des conditions complètement inadaptées à leur situation" (Rapport de l'UN-ODCCP, page 13). Il est à noter également que certains mineurs sont incarcérés dans des prisons pour adultes, notamment à Tripoli.



Capacité d'absorption et surpopulation carcérale

Les chiffres des capacités théoriques d'accueil sont transmis par le ministère de l'Intérieur libanais qui gère les prisons, bien qu'une loi de 1964 en confie théoriquement la supervision au ministère de la Justice. Aucun chiffre de la population carcérale n'est disponible hormis celui fourni par les Forces de Sécurité Intérieure. En 1997-1998, les chiffres des capacités d'absorption des prisons était pour certains établissements de deux fois moins importants que ceux de 2000. Pourtant, selon les organisations locales, aucun agrandissement structurel, aucun remaniement des infrastructures actuelles n'ont été opérés. La population carcérale, elle, a augmenté, et si l'on tient compte des chiffres des capacités d'absorption de 1997-1998, la surpopulation carcérale, conformément à la détérioration des conditions de détention observée par les organisations locales, apparaît beaucoup plus importante . Dans le tableau ci-dessous, les changements significatifs de la capacité d'absorption dans certains établissements :


Prisons Capacité théorique d'accueil en 1997-1998 Nombre de détenus en 2000 Surpopulation carcérale
Prison centrale de Roumieh 1700 4500 180 %
Prison pour femmes de Zahlé 8 37 350 %
Prison pour femmes de Barbar el-Khazar 20 68 220 %
Nabatieh 10 n-d n-d
Tibnine 25 n-d n-d














Au 2 mai 2001, 7328 personnes sont détenues dans les prisons libanaises ; parmi elles 4843 prévenus et 2350 condamnés.